Durian SUKEGAWA (Japon)

Aller en bas

Durian SUKEGAWA (Japon) Empty Durian SUKEGAWA (Japon)

Message  Mandarine le Mar 17 Jan 2017 - 8:30

Né à Tokyo en 1962

Durian SUKEGAWA (Japon) Avt_du11








Artiste éclectique, Durian Sukegawa est poète, écrivain et clown, diplômé de philosophie et de l'École de pâtisserie du Japon. D'abord scénariste, il fonde en 1990 la Société des poètes qui hurlent, dont les performances alliant lecture de poèmes et musique punk défraient la chronique.

De 1995 à 2000, il anime sur les ondes d'une radio nationale une émission nocturne plébiscitée par les collégiens et les lycéens.

Il est l'auteur de nombreux romans et essais. "Les délices de Tokyo" est son premier livre traduit en français. Il a été adapté pour le cinéma par Naomi Kawase.


Source : Albin Michel


Dernière édition par Mandarine le Mar 17 Jan 2017 - 8:44, édité 3 fois
Mandarine
Mandarine

Nombre de messages : 2369
Age : 33
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Durian SUKEGAWA (Japon) Empty Re: Durian SUKEGAWA (Japon)

Message  Mandarine le Mar 17 Jan 2017 - 8:38

Les délices de Tokyo


Durian SUKEGAWA (Japon) 69333610


Quatrième de couverture:

« Écoutez la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager.

Magnifiquement adapté à l'écran par la cinéaste Naomi Kawase, primée à Cannes, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel : un régal.



Mon avis:

Un coup de cœur pour ce véritable cocon de douceur!!! coeur coeur

Dès les premières pages, on est plongés dans l'atmosphère douce de ce roman, on voit les cerisiers en fleurs, on sent l'odeur douce et sucrée de ces gâteaux japonais au haricot rouge, et on perçoit la gentillesse de Yokue, même si on se doute vite que sa vie a été très dure. En effet, elle a du subir le regard impitoyable des autres, et dans la société (japonaise, mais en fait, pas seulement, cela vaut pour nos sociétés en général...) le regard des autres a parfois le même effet que des mûrs ou des barbelés...

Ce livre nous donne une leçon de vie et je vous encourage vivement à le lire. Ca vous fera du bien! Wink

5/5 coeur
Mandarine
Mandarine

Nombre de messages : 2369
Age : 33
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Durian SUKEGAWA (Japon) Empty Re: Durian SUKEGAWA (Japon)

Message  Réaliste-romantique le Mar 28 Fév 2017 - 0:39

Les délices de Tokyo

Un ex-détenu gère sans ardeur un commerce de dorayakis, une pâtisserie de pâte sucrée d’haricots enveloppée dans une petite crêpe. Un jour, une très vieille dame se présente et insiste pour être embauchée comme assistante. Il ne veut pas, mais ne parvient pas à résister à sa détermination. Elle lui impose rapidement une approche différente : délaissant la pâte de haricots commerciale pour une longue préparation artisanale, le résultat est d’autant plus savoureux. L’homme s’attache à sa collègue, même si elle n’en dit peu sur elle-même. Il le constate particulièrement le jour où la propriétaire ne veut plus que la vieille dame reste au magasin, car elle ferait fuir les clients.
 
Beau livre qui, comme une pâtisserie au goût subtil, ne révèle pas tous ses éléments dès la première bouchée. Pendant la première moitié, l’histoire apparaît assez simple, une rencontre entre générations. Mais ensuite le passé des protagonistes se révèle, et tout le contexte social. Si jamais vous n’êtes pas convaincu dès le début, vous devriez persévérer.
  
4/5
RR

_________________
Lectures en cours : Underground Airlines (B Winters) Brumes (Francis Carco) Les monades urbaines ( R S)
En attente :   
Commentaire en attente : Budapest (Chico Buarque) La chance de leur vie (Agnès Desarthe) Trois fois la fin du monde (Sophie Divry) Olive Kitteridge (E S)
Réaliste-romantique
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 2205
Age : 43
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Durian SUKEGAWA (Japon) Empty Re: Durian SUKEGAWA (Japon)

Message  kattylou le Mer 1 Mar 2017 - 20:30

Je l'ai noté !

_________________
Challenge US Plus que 4 Etats !
kattylou
kattylou

Nombre de messages : 4050
Age : 54
Location : 77
Date d'inscription : 08/09/2009

http://kattyloucuis.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Durian SUKEGAWA (Japon) Empty Re: Durian SUKEGAWA (Japon)

Message  Awara le Mer 1 Mar 2017 - 23:23

J'ai beaucoup aimé le film et vous me donnez envie de lire le livre.
Awara
Awara

Nombre de messages : 4556
Age : 74
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Durian SUKEGAWA (Japon) Empty Re: Durian SUKEGAWA (Japon)

Message  Lyreek le Lun 2 Oct 2017 - 18:47

Durian SUKEGAWA (Japon) Lesdel10

Les délices de Tokyo - Durian Sukegawa
Albin Michel - 240 pages

Quatrième de couverture


» Ecouter la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges dont sont fourrés les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d’embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu’elle lui a fait partager. Magnifiquement adapté à l’écran par la cinéaste Naomi Kawase, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel : un régal.

Mon avis

C’est vraiment une très jolie histoire que nous raconte Durian Sukegawa, toute en finesse et en retenue. Le roman est très poétique, empreint d’une agréable lenteur propice à la réflexion et à la nostalgie.

Nous faisons connaissance avec Sentaro, le gérant d’une boutique de dorayaki, pâtisserie japonaise qui se compose de deux petites crêpes fourrées de pâte de haricots. Sentaro a un lourd passé, il a fait de la prison et ne travaille dans cette boutique que pour rembourser sa dette au propriétaire, se languissant du jour où il pourra claquer la porte. Jusqu’au jour où il embauche Tokue, une vieille femme passionnée de pâtisserie qui lui propose de lui enseigner l’art de confectionner la pâte de haricots.

Tokue est un personnage fascinant, auréolé de mystère et doté d’une vivacité peu commune pour son âge et son handicap. A ses côtés, Sentaro reprend goût au travail et à la vie et la petite boutique qui s’étiolait voit petit à petit sa clientèle augmenter. Jusqu’à ce que le passé de Tokue la rattrape…

Amateur de pâtisserie, ce roman est pour vous. Je suis sure que vous n’aurez qu’une envie après sa lecture : vous mettre aux fourneaux (ou tout simplement déguster un dorayaki si vous arrivez à mettre la main dessus).

Si vous avez besoin d’évasion et de sérénité, c’est aussi un roman pour vous. Vous apprécierez le dépaysement d’un Tokyo plus calme, loin de l’agitation des quartiers modernes.

Enfin, vous apprendrez dans ce roman un pan méconnu de l’histoire japonaise concernant les conditions de vie des personnes souffrant de la lèpre, parquées à vie dans des centres, sans contact avec l’extérieur et sans espoir de sortir un jour même après leur guérison. A travers l’histoire de Tokue, on touche du doigt ce qui a été le sort de milliers de malades et on en ressort bouleversé.

Je ne m’attendais pas à un livre aussi poignant en lisant la quatrième de couverture, je pensais lire un roman feel-good et finalement, ce n’est pas vraiment le cas. Ce n’est pas non plus qu’un roman triste mais c’est vrai que c’est un roman qui fait beaucoup réfléchir et qu’on quitte le cœur un peu lourd. Malgré tout, c’est une belle lecture qui me restera longtemps en mémoire.

4,5/5

_________________
Lecture en cours : L'homme qui aimait trop travailler d'Alexandre Lacroix

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
Lyreek
Lyreek

Nombre de messages : 2473
Age : 37
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Durian SUKEGAWA (Japon) Empty Re: Durian SUKEGAWA (Japon)

Message  Lyreek le Mar 26 Fév 2019 - 20:33

Durian SUKEGAWA (Japon) Lereve10

Le rêve de Ryôsuke
Durian Sukegawa

Quatrième de couverture

Le jeune Ryôsuke manque de confiance en lui, un mal-être qui puise son origine dans la mort prématurée de son père. Après une tentative de suicide, il part sur ses traces et s’installe sur l’île où celui-ci a passé ses dernières années. Une île réputée pour ses chèvres sauvages où il va tenter de réaliser le rêve paternel : confectionner du fromage. Mais son projet se heurte aux tabous locaux et suscite la colère des habitants de l’île…

Jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour réaliser nos désirs ? à travers les épreuves de Ryôsuke, Durian Sukegawa évoque la difficulté à trouver sa voie, soulignant le prix de la vie, humaine comme animale.

Mon avis

Après avoir beaucoup aimé Les délices de Tokyo, le premier roman de cet auteur, j’avais hâte de découvrir son second roman et de voir si le charme allait opérer de nouveau.

Alors, si vous avez aimé le premier, il y a beaucoup de points communs que vous retrouverez dans celui-ci : la poésie, la lenteur du récit et un art culinaire artisanal enseigné par un personnage mystérieux. Mais j’ai trouvé celui-ci plus sombre que le précédent. Ryôsuke est un jeune garçon dépressif aux pensées suicidaires donc forcément le début du roman est empreint de sa tristesse et de son désespoir. Du coup, il faut s’accrocher un peu au début du roman et pendant les premières semaines de Ryôsuke sur l’île.

Car l’île sur laquelle il a décidé de s’installer n’est pas des plus hospitalières et les habitants n’aiment pas beaucoup les étrangers voire leur sont même carrément hostiles. Les chèvres sauvages qui vivent dans la montagne sont beaucoup plus amicales. Pourtant et heureusement, Ryôsuke fera aussi de belles rencontres. Il va ainsi se lier au vieil ami de ses parents qui va à la fois lui enseigner l’art de confectionner du fromage mais aussi lui apporter un nouvel éclairage sur la vie de ses parents.

J’ai beaucoup aimé voir l’évolution de Ryôsuke tout au long du roman et j’ai aimé en apprendre davantage sur la fabrication et l’affinage des fromages à ses côtés. La nature sauvage de l’île m’a séduite mais j’ai eu plus de mal avec la rudesse de certains habitants. Quant à la fin, je regrette qu’elle nous laisse tellement de questions car je me suis attachée à Ryôsuke tout au long du roman et j’aurais aimé en savoir plus sur son avenir.

Bref, c’est l’histoire poétique et teintée de nostalgie d’un garçon paumé qui va, petit à petit, sortir du marasme pour entreprendre un projet un peu fou. Une belle histoire malgré sa tristesse et son gout d’inachevé.

3.5/5

Un grand merci à Dodie qui m'a offert ce livre lors du swap du printemps 2018 merci


_________________
Lecture en cours : L'homme qui aimait trop travailler d'Alexandre Lacroix

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
Lyreek
Lyreek

Nombre de messages : 2473
Age : 37
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Durian SUKEGAWA (Japon) Empty Re: Durian SUKEGAWA (Japon)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum