Simone de BEAUVOIR: Les belles images

Aller en bas

Simone de BEAUVOIR: Les belles images Empty Simone de BEAUVOIR: Les belles images

Message  Prospéryne le Sam 29 Nov 2008 - 19:34

De :Candie5001 Envoyé : 2007-01-30 14:12
Bonjour,

J'ai terminé hier "Les Belles images" de Simone de Beauvoir.

Pas mon meilleur roman à date.... une histoire banale de famille.

La mère qui apprend que son futur époux va en épouser une plus jeune. Sa fille qui a une aventure extra-conjugale. La petite fille que sa mère voudrait surprotéger... bref, vraiment banal comme histoire à mon goût. Ma note 2/5.


De : joubjoub Envoyé : 2007-01-31 03:22
.:: LES BELLES IMAGES (Simone de BEAUVOIR) ::.

Résumé : "Non" ; elle a crié tout haut. Pas Catherine. Je ne permettrai pas qu'on lui fasse ce qu'on m'a fait. Qu'a-t-on fait de moi ? Cette femme qui n'aime personne, insensible aux beautés du monde, incapable même de pleurer, cette femme que je vomis. Catherine : au contraire lui ouvrir les yeux tout de suite et peut-être un rayon de lumière filtrera jusqu'à elle, peut-être elle s'en sortira... De quoi ? De cette nuit. De l'ignorance, de l'indifférence. (Source : GALLIMARD)

"La réussite est complète. On est accroché dès la dixième ou quinzième page, et on ne lâche plus ce livre avant d’en avoir terminé la lecture." Jacques Brenner

Dans son roman, Simone de Beauvoir met en scène des personnages féminins qui sont des femmes brisées et malheureuses. Elle décrit admirablement la condition féminine, telle qu’elle la perçoit, la sent.

Laurence, l’héroïne, découvre l'étouffant milieu dans lequel elle vit ; celui d'une petite bourgeoisie bien-pensante. Elle va se rendre compte de la déshumanisation que son éducation lui a imposé, qu'elle a imposé à tous ceux qu'elle côtoie. Laurence vomit son entourage qui ne la comprend pas et qui joue au jeu de l'altruisme en se fondant dans une hypocrisie profonde.

Simone de Beauvoir décrit aussi avec justesse les relations entre les gens, de l'image que l'on donne (ou que l'on veut donner) de soi à la société. En fait, la plupart des personnages du livre sont très hypocrites, ils veulent être quelqu'un qu'ils ne sont pas en réalité ; ils veulent refléter une belle image sur le miroir des autres.

Ce roman nous ouvre un peu plus les yeux sur les images fabriquées qui composent notre société : des images qu'on veut laisser paraître de soi et qui sont interprétées différemment par les autres, des images médiatiques, des images publicitaires qui savent vendre en enjolivant la réalité, des images culturelles, des clichés touristiques...

Ce livre, écrit dans ce style ironique, est aussi une remarquable critique des années soixante. Simone de Beauvoir montre tout simplement le désir d'immuabilité du monde. Mais sa théorie reste d'ailleurs applicable à n'importe quelle époque. Nous nous sentons aujourd'hui supérieurs aux gens des temps passés, nous les considérons naïfs et fats. Mais au fond, nous sommes restés les mêmes. Nous aussi, nous voulons coloniser Mars en 2019 ; et que penseront les gens de nous à ce moment-là ? Tout comme nous le faisons maintenant avec les rêves d’antan, ils se moqueront de nos rêves d’aujourd’hui.

Au final, ce captivant roman reste d’actualité et nous fait réfléchir sur la société, la condition de la femme, nos comportements et nos relations avec les autres ! Une excellente critique de notre société d’images et d'apparence.

Note : 4/5


De : Mousseliine Envoyé : 2007-02-03 12:56
Les belles images
(Gallimard/Folio, 1972, 182 pages)
Dominique, qui ne vit que pour les apparences, a fait de Laurence une petite fille insensible et modèle. Aujourd'hui, Laurence est pratiquement indifférente à tout ce qui l'entoure. Elle évolue dans un monde où les belles images priment sur tout. Elle côtoie toujours sa mère, les amis de celle-ci, les amis de son mari, sa soeur Marthe qui semble avoir trouvé le bonheur dans la religion... tous ces gens ne lui disent rien finalement. Il n'y a que son père qui trouve grâce à ses yeux. Elle s'interroge, essaie de comprendre ce qui ne va pas en elle. Elle ne trouve pas de réponses à ses questions mais elle sait qu'elle veut sauver sa fille Catherine de ce monde stérile.

Voici un très beau roman. A la fois divertissant et fort instructif pour son développement personnel pour qui veut se donner la peine de revenir sur ses valeurs. Pour ma part ayant réglé cette question depuis fort longtemps (quoique peut-on affirmer que c'est réglé une fois pour toutes...), j'ai pris tout de même bien du plaisir à cette lecture, de voir mes convictions confirmées et/ou approuvées et je me suis retrouvée en Laurence, à un degré bien moindre mais quand même. Quand on connaît un peu la vie de Simone de Beauvoir, on suppose que Laurence lui ressemble, qu'elle a construit ce personnage à son image. Il y en aurait long à dire autour d'une table entre amies ou amis.

Simone de Beauvoir a une plume magnifique qui donne beaucoup de force et de pouvoir à son histoire très réussie. J'en recommande certainement la lecture et encore davantage à ceux et celles qui n'ont pas encore su se libérer de leur image...

Note : 4/5
(Mousseline)


De : SphinxCoco Envoyé : 2007-02-19 16:43
Les belles images
Simone de Beauvoir

Dans ce roman, le cinquième de Simone de Beauvoir, nous voici confrontés à la place de la femme dans la société des années 60. Comment prouver que l’on est une personne à part entière, que notre avis et notre expérience comptent, dans un contexte à dominance masculine, lorsque même les mères de famille déclarent : « Socialement une femme n’est rien sans un homme » ; « Même avec un nom une femme sans homme, c’est une demi-ratée, une espèce d’épave… » ?

Voici donc Laurence, épouse de Jean-Charles et mère de deux petites filles, qui plonge en pleine déchéance pour une certaine non-reconnaissance. Elle sait des choses, elle veut faire le bien (notamment pour sa fille liée d’amitié à une petite orpheline), mais la personnalité écrasante de son mari lui fait dénier toute autorité. Elle se sent stupide, faible, et ne trouve de plénitude qu’auprès de son père, un homme juste qui sait l’écouter, ou auprès de son amant Lucien, petite folie qui la fait se sentir femme, mais qui est bien difficile à gérer.

On a l’impression de suivre ici une petite histoire simple, une vie de famille dans les années soixante, mais le malaise est profond. Jean-Charles est bien sûr loin d’être un tyran, mais sa personnalité est représentative de la place de l’homme à cette époque.
D’ici vient le titre du roman, Les belles images. Le mari sait, s’exprime, débat ; la femme est posée, maternelle, discrète. Une société où tout passe par l’image ; l’image véhiculée par la société, que l’on se dépêche de reconstruire. Une belle normalité, de beaux clichés.

Il est par moment difficile de suivre l’écriture de Simone de Beauvoir. La mère de Laurence est appelée par cette dernière une fois « maman », une fois « Dominique », la troisième personne alterne avec le « je », cela ne m’a pas semblé limpide.
Mais plus qu’une écriture, ce roman nous pousse à la prise de conscience, à la fois sur le long chemin « débroussaillé » par des femmes engagées comme Simone de Beauvoir, et, bien évidemment, sur ce qu’il reste à faire…

Ma note : 3,5/5

SphinxCoco


De : gallomaniac Envoyé : 2007-02-25 15:49
Les belles images, roman de Simone de Beauvoir. Ma note après relecture 3/5

Le résumé en est déjà donné par d'autres rats:
Une période aux années 1960 dans la vie de Laurence, une Parisienne mondaine, qui possède riches parents, mari, amant, enfants, amies, travail, argent, une multitude de relations et de divertissements. En contraste, le livre remue toutes les grandes et petites problèmes du monde. En plus, c'est rempli de visions-éclair sur l'architecture, la pédagogie, les développements futurs, la critique littéraire, etc., parfois en forme d'énumérations où en style télégraphique, mais surtout superficiel par sa brièveté. Tout ceci avec quelques drames de relations et de prise de position pédagogique dans un livre de 183 pages: une surcharge, selon moi. En plus, c'est comme si tout le long les valeurs négatives sont accentués, les valeurs positives dévalués. Si Laurence se dit allergique à tout cela, moi aussi....
Je trouve de Beauvoir mieux dans ses Mémoires que dans ses romans. Ma note 3/5.


De : Philcabzi5 Envoyé : 2007-03-08 08:15
Les belles images

Ed. Gallimard, 1966, 183 pages

Note: 2.5/5

Mon avis:

Bon j'ai finis mon de Beauvoir pour le mois de mars. C'est le sentiment que j'ai eut lorsque j'ai refermé se livre. J'ai dû m'obliger à poursuivre ma lecture mais bizzarement la lecture en tant que telle ne m'a pas parut si pénible. L'histoire et les personnages m'ont laissé aussi indifférente que Laurence l'est face à sa vie. Je lisais ce roman comme quand je regarde la télé en faisant la vaisselle, distraitement. L'écriture non plus ne m'a pas vraiment accroché. Bref, il semble que j'aurais dû lire ses mémoires au lieu de ce roman!


De : Plaisir_des_Mots Envoyé : 2007-04-12 04:00
La première œuvre de fiction lue de Simone de Beauvoir est pour moi une déception. Autant la mémorialiste m’a fasciné (du moins ce que j’en ai lu jusqu’à présent), autant la romancière ne m’a pas convaincu. L’intrigue, trop ténue, ne sert visiblement qu’à développer les opinions philosophiques de l’auteur. De plus, les thèmes abordés sont trop nombreux pour les 183 pages du roman : amour, relations mère-fille, relations père-fille, religion, communisme, lutte des classes, etc, etc. Si leur développement n’était si léger, on friserait l’indigestion. Quant aux personnages, stéréotypés, de Beauvoir les caricature tellement qu’elle réussit à faire de son roman l’archétype de ce qu’elle veut dénoncer : l’image creuse d’une prose intellectuellisante.

Heureusement, de ci de là, un éclat qui justifie l’effort de la lecture :

On existe pour se rendre heureux les uns les autres. (p. 24)

Cote : 3 / 5

Michel.
Prospéryne
Prospéryne

Nombre de messages : 4864
Age : 36
Location : Québec, Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

http://prosperyne.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum