James ELLROY (Etats-Unis)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  rose le Mar 16 Mar 2010 - 17:41

Bernard, Génial ta critique...effecrtivement cela donne très envie de se pencher sur cet écrivain, je le note

_________________
lecture en cours:

Kafka sur le rivage,Haruki Murakami
rose
rose

Nombre de messages : 639
Age : 44
Location : Suisse
Date d'inscription : 26/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Bernard le Mar 16 Mar 2010 - 17:52

Merci Rose

B
Bernard
Bernard

Nombre de messages : 3685
Age : 74
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  revolte le Mar 16 Mar 2010 - 18:17

Bernard a écrit:Ne te force pas Odilette, ça viendra tout seul. Commence par Lune sanglante ou le Dahlia noir, c'est plus facile. Lire c'est prendre du plaisir et tu le sais comme moi, il y a tellement de livres que nous aimerions lire...
Je te conseille aussi, puisque tu aimes ce genre de roman, Ville noire, ville blanche de Richard Price.
Lis à ta guise.

B

C'est marrant que tu conseilles Ville noire, ville blanche en rapport avec les romans d'Ellroy. Perso, Ellroy m'a impressionné une fois avec "Un tueur sur la route" et tout les autres, je les ai arrêté en cours de route à cause de son style très sec. Prenons American tabloïd qui est le dernier essai que j'ai fait avec cet auteur : on sent qu'il a vraiment réfléchi sur la complexité de l'histoire et que si on arrive au bout, on ne sera sûrement pas déçu de ce côté-là. Mais côté écriture, il commence chaque paragraphe, si ce n'est chaque phrase, par le nom du personnage. Chaque phrase décrit une action, ce qui donne un style très haché, très scénaristique aussi. Cela donne un genre de truc comme ça: Bernard va pisser dans le bosquet au bout du jardin. Bernard sort son engin et laisse couler une cascade géante. Bernard se renculotte et va rejoindre les autres. Bernard est heureux car, enfin, sa gêne est parti.
Sauf que là, je suis beaucoup plus lent que lui car en un paragraphe, il se passe beaucoup plus de choses dans ses romans.
Pour Richard Price, et principalement Ville noire, ville blanche qui est le seul, à ce jour que j'ai lu, on a droit aux antipodes du polar d'Ellroy. Pour Price, l'histoire est un prétexte pour décrire ses personnages et les cités qu'il décrit avec une force et un réalisme à toute épreuve. Avec Price, on sent l'odeur du bitume, on voit exactement chaque scène se dérouler devant nos yeux grâce à ses descriptions très précises. En même temps, ce n'est pas du Zola ou de Delillo, il n'y a pas de paragraphe uniquement descriptif. Ca avance quand même dans la psychologie des personnages.
Bref, pour moi, comparer ses deux auteurs ne me serait vraiment pas venu à l'esprit pour les raisons évoquées plus haut. Ceci n'est bien sûr que mon avis et je ne dis absolument pas que j'ai raison. Mais en tout cas, j'attends avec impatience que d'autres personnes sur ce site aient lu ses deux auteurs.
revolte
revolte

Nombre de messages : 143
Date d'inscription : 16/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Bernard le Mer 17 Mar 2010 - 11:47

Merci de ta réaction Révolte. C'est ce style qui me plait chez Ellroy, sujet, verbe, complément. Pour moi c'est épuré au maximum et ça me convient, d'ailleurs ta description et tes exemples sont justes. Le rapprochement entre les deux genres n'est pas stylistique mais qualitatif dans l'intrigue et le roman noir par lui-même. Il y a mille sortes de polars, historique, juridique et même anthropologique, c'est dire et ceux qui les écrivent, le font avec plus ou moins de talent, on n'aime ou on n'aime pas, je ne juge pas.
Les auteurs classiques "noir" ne sont pas légion (autres que Chandler et Chase), de ceux qui vous assènent un coup par derrière pendant votre lecture, qui vous scotchent au fauteuil. Outre Ellroy, je pense à Mailer, le chant du bourreau, Rankin en général, Bunker, Aucune bête aussi féroce, Thomas H. Cook, Les rues de feu, La preuve de sang, Interrogatoire, Burke, Black cherry blues, Capote, De sang froid, etc.
Mon conseil à Odilette, allait plus vers un livre de qualité "noir", plus qu'à une comparaison entre les deux auteurs, je me suis mal exprimé.
Je vais relire Ville noire, ville blanche.
Il ne me reste plus que White Jazz et j'aurai fait le tour de James Ellroy.
Je sais que tu aimes Price et tu as bien raison, pour Ellroy, je ne chercherai pas à te convaincre, Underworld USA, pour moi est un chef d'oeuvre, une tragédie grecque. J'en ai pris plein les mirettes et j'aime ça.

Tes réflexions sont perspicaces, Révolte. soit le bienvenu dans mon monde.

@+
B
Bernard
Bernard

Nombre de messages : 3685
Age : 74
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  revolte le Mer 17 Mar 2010 - 14:01

Merci Bernard.

Je ne peux pas dire que je déteste Ellroy et que je trouve sa notoriété exagérée. Je comprends tout à fait qu'on puisse aimer ses romans. D'ailleurs, moi-même, j'ai plus qu'adhéré à "Un tueur sur la route". Peut-être est-il totalement différent, ou peut-être l'ai je lu à une période où ça correspondait plus à ce que je cherchais. Faudrait que je le relise pour le savoir.
revolte
revolte

Nombre de messages : 143
Date d'inscription : 16/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  veilleur le Lun 29 Mar 2010 - 14:11

Le Dahlia noir

Que de complications !

J'ai mis une dizaine de semaines à lire ce roman décrit comme étant un chef d'œuvre. Sans nul doute que James Ellroy sait écrire, sans nul doute également a-t-il voulu régler son compte à certains vieux démons personnels ou typiquement américains. Je ne sais. Je ne m'imagine pas avoir un mode d'emploi supplémentaire pour lire un roman. Dans ce polar, certaines choses sont bien : les descriptions de l'Amérique entre 1947 et 1951, une histoire sordide à souhait de femme découpée, l'étalage de tous les travers de la société de ces années-là. C'est bien fait. Par contre, ce roman est très long, tourne parfois en rond inutilement, est très cafouilleux sur les personnages qui se multiplient et les boucles scénaristiques qui font pareil. Alors bien entendu, nous sommes tout de même loin au-dessus du simple roman de gare ou du produit markéting de masse. James Ellroy est un écrivain de bonne facture, installé dans le paysage des lettres outre-Atlantique. Il n'empêche que j'avais hâte que ce roman se termine. Je suis allé jusqu'au bout, c'est déjà cela !

Veilleur
veilleur
veilleur

Nombre de messages : 312
Age : 54
Location : Boulogne-Billancourt, France
Date d'inscription : 30/10/2009

http://www.amazon.fr/gp/pdp/profile/A210O5KYER1I4I

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Bernard le Lun 29 Mar 2010 - 17:06

Le dahlia noir est un roman à part dans l'oeuvre de J. Ellroy (à mon humble avis), ce dernier cherchant à faire le deuil de l'assassinat de sa mère resté non résolu. On l'inscrit dans une série intitulée : le quatuot de Los Angeles et, autant L.A Confidential, Le grand nulle part et White jazz, se suivent avec les mêmes personnages, autant Le dahlia est esseulé dans ce soi-disant quatuor.
Steve Hodel, ancien flic, sous un titre éponyme, a publié une enquête lourde et fastidieuse sur l'affaire du dahlia noir où il donne une solution plus réaliste que celle romancée de Ellroy, dénonçant, notamment, l'assassin du dahlia noir comme étant, également, celui de la mère d'Ellroy. Attention, c'est de la petite littérature, rien à voir avec Ellroy. J'ai lu les deux et pour la véracité, Hodel est plus convaincant, pour le style, il n'y a pas photo.
Ellroy tenait à chasser ses vieux démons en écrivant ce livre qui, comme déjà dit, tient une place à part dans son oeuvre.

B
Bernard
Bernard

Nombre de messages : 3685
Age : 74
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  veilleur le Lun 29 Mar 2010 - 19:46

Bernard a écrit:Le dahlia noir est un roman à part dans l'oeuvre de J. Ellroy
Je tenterai d'autres bouquins s'ils me tombent sous la griffe. Pour le moment, je dois digérer cette "sombre astéracée" !

Veilleur
veilleur
veilleur

Nombre de messages : 312
Age : 54
Location : Boulogne-Billancourt, France
Date d'inscription : 30/10/2009

http://www.amazon.fr/gp/pdp/profile/A210O5KYER1I4I

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  revolte le Lun 29 Mar 2010 - 19:55

J'ai lu le livre d'Hodel et les trois premiers quarts du livre m'ont tout simplement envoûté. Car comme tu dis Bernard, le côté réaliste de cette histoire est vraiment très réussi. La suite ne m'a par contre déçu car alors, qu'il m'avait convaincu à 300% sur la culpabilité de son père, il s'est trouvé qu'au bout d'un moment, l'accumulation de preuves étaient devenu si énorme que j'en suis venu à me demander si Steve Hodel n'avait pas fait de cette histoire une obsession et qu'au final, tout serait sorti de son imagination.
revolte
revolte

Nombre de messages : 143
Date d'inscription : 16/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Bernard le Mar 30 Mar 2010 - 9:58

C'est tout le problème, Révolte. Je me suis, également, posé la question, d'autant que Le LAPD n'a jamais confirmé ni infirmé les dires de Hodel. De plus, il me semble que des dossiers ouverts au grand public, celui-là ne l'a jamais été. Comme Jack l'éventreur, malgré les promesses de la Reine.
C'était facile pour Hodel de tomber dans le mercantilisme de bas étage, maintenant est-ce glorifiant de balancer son père comme tueur en série? Ellroy se disait convaincu par l'enquête de Hodel. On peut aussi se demander qui les policiers cherchaient à couvrir ? Comme pour l'éventreur.
Veilleur a raison sur la qualité de l'oeuvre de Ellroy, cependant ce livre donne le départ à un style d'écriture qui, affiné au fil du temps, est devenu rare et précieux, à mes yeux, dans le genre.

B
Bernard
Bernard

Nombre de messages : 3685
Age : 74
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  clarize le Dim 19 Déc 2010 - 19:50

AMERICAN TABLOÏD de James ELLROY.
Je viens de fermer ce livre , le roman commence le 22 novembre 1958, j'avais 2 ans, il finit le 22 novembre 1963, nous venions d'avoir la télévision toute la famille était scotchée devant à regarder l'enterrement de John F. kennedy. Depuis longtemps le mythe n' existe plus pour moi, mais dans son roman Ellroy nous tient en haleine sur des événements connus et plus que disséqués. Autour de John (Jack) et Robert (Bob) Kennedy gravitent trois personnages Kemper Boyd, Ward Littell et Peter Bondurant. Tous pour des raisons différentes sont en lien avec le F.B.I et son Directeur J.E.HOOVER, la C.I.A, la maffia . Il y a beaucoup de violence, les chapitres sont courts, tour à tour on aime ou hait les protagonistes, c'est très noir et les femmes ne semblent qu'être des objets. Pourtant on doit reconnaître du génie chez cet auteur. Je vais lire ses deux romans pour compléter cette histoire des États unis, qui me fait penser à celle d'autres pays qui veulent imiter, ou se prennent pour des Kennedy , pour leur coté beau comme sur les photos de "Paris Match"

Note : 4/5


Dernière édition par clarize le Mer 21 Déc 2011 - 16:40, édité 1 fois

_________________

Challenge US : 10/50
clarize
clarize

Nombre de messages : 2595
Location : FRANCE
Date d'inscription : 09/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  DM29 le Ven 18 Fév 2011 - 14:52

Un tueur sur la route


résumé (4e de couverture): "Il existe une dynamique dans la mise en œuvre de l'horreur : servez-la garnie d'hyperboles fleuries, et la distance s'installe même si la terreur est présente, puis branchez tous les feux du cliche littéral ou figuratif, et vous ferez naître un sentiment de gratitude parce que le
cauchemar prendra fin, un cauchemar au premier abord trop horrible pour être vrai. Je n'obéirai pas a cette dynamique. Je ne vous laisserai pas
me prendre en pitié. Charles manson, qui déblatéré dans sa cellule mérite, lui, la pitié ; ted bundy, qui proteste de son innocence pour que les femmes solitaires lui écrivent, mérite le mépris. Je mérite crainte et respect pour être demeure inviolé jusqu'au bout du voyage queje vais décrire, et puisque la force de mon cauchemar interdit qu'il prenne fin un jour, vous me les offrirez."
Ainsi parle martin michael plunkett, age de 35 ans, coupable de plusieurs dizaines de meurtres sexuels couvrant tout le territoire des Etats-unis sur une
période de dix années.



Mon avis
: Passionnant ! Je n'avais jamais lu de livres de Ellroy, et j'ai adoré ce style d'écriture, très froid, sec, sans aucune fioritures. Ce qui m'a plu aussi ce sont les coupures de journaux, qui nous permettent de suivre l'histoire de Martin autrement.Et le fait qu ' Ellroy parle de faits divers véridique qui croisent le trajet du héros. Très bien construit, et les 100 dernières pages, James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 942957 on sent que la fin est proche pour Martin, et le fait de lire le journal du policier rajoute au suspense, je tournais les pages, j'avais vraiment hâte d'arriver à la confrontation, c'est vraiment intenable, car dès le début, on sait qu'il se fait arrêter, mais pas comment.
J'ai lu sur internet que ce livre servait de modèle dans les formations sur les tueurs en série pour les policiers. Après ça on a pas envie de faire du stop ( j'étais déjà pas très motivée ! Laughing ), de sortir seul et de visiter les Etats Unis !
Passionnant et effrayant ! (Un peu dans le même style que De sang froid de Capote, que j'avais adoré aussi !)

note 5/5 James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 397940 James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 397940

_________________
study livres lus PAL : 10/47
DM29
DM29

Nombre de messages : 675
Age : 31
Location : Breizh
Date d'inscription : 21/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Cyrielle le Ven 18 Fév 2011 - 15:01

Je le note celui ci, j'avais adoré Le daliha noir.

_________________
Lecture en cous sur liseuse : Mon désir le plus ardent de Pete Fromm
Lecture en cours papier : La déesse des petites victoires de Yannick Grannec


23 livres lus en 2019
Challenge US : 28/51
Cyrielle
Cyrielle
Admin

Nombre de messages : 8014
Age : 32
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Bernard le Ven 18 Fév 2011 - 17:37

Merci DM29, tu prêches un convaincu, je note ce livre que je ne connaissais pas.

B
Bernard
Bernard

Nombre de messages : 3685
Age : 74
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Lun 16 Mai 2011 - 16:05

Le Dahlia noir de James Ellroy
Poche / 500 pages


James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Dahlia-01




J'avais beau le savoir, je n'ai pu m'empêcher d'être surprise par la noirceur permanente de ce roman.
J'aurais du mal à préciser pourquoi mais je l'ai beaucoup aimé. J'ai principalement été séduite par l'histoire, par son développement
touffu et par moment d'une incroyable complexité mais également, une fois que je m'y étais habituée, par le style si différent de mes dernières lectures. Par contre, j'ai été de temps en temps gêné et dérangé par l'écriture assez sèche ainsi que par les réactions par trop souvent violentes des personnages.
Je n'ai pas l'habitude de lire des romans aussi noir, je ne pourrai pas en lire plusieurs de suite mais c'est une bonne découverte.

5/5 James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 397940

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 33
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Sam 29 Déc 2012 - 4:40

J'adooooooooooooore....



_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May


James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Images?q=tbn:ANd9GcSqFD1aClIESDkGXsOqeqeZGVoL4wGrwQXkVIrwWAAIm4TuvdYNJames ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Images?q=tbn:ANd9GcTE2VJ7MYNM7_JAK8U4hVTlUsDshS23LpJy_Gckt7JDKKJYl-Qa

"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
Mousseline
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Cyrielle le Sam 29 Déc 2012 - 8:02

Ben moi justement cette interview m'a refroidi, il ne m'a pas plu, je l'ai trouvé un peu zinzin.
C'est pour ça aussi que je n'aime pas trop écouter ou regarder les émissions littéraire, parce qu'il suffit que la tête d'un auteur ne me revienne pas ou que je n'aime pas sa façon de parler pour que je ne veuille pas le lire...

Du coup pour Ellroy, je voulais lire American Tabloid, j'attends un peu...

_________________
Lecture en cous sur liseuse : Mon désir le plus ardent de Pete Fromm
Lecture en cours papier : La déesse des petites victoires de Yannick Grannec


23 livres lus en 2019
Challenge US : 28/51
Cyrielle
Cyrielle
Admin

Nombre de messages : 8014
Age : 32
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Mousseline le Sam 29 Déc 2012 - 18:12

Moi j'aime les gens zinzin... la folie chez les autres, ca me passionne vraiment.

Les gens extrêmes ca doit faire des bons écrivains, il y a une passion qui les anime.

Vraiment, je l'adoooore!!! à date mon entrevue préférée.

Et c'est aussi vraiment sympa toutes les images de LA - on voit comment les lieux sont importants pour un auteur.

J'ai l'intention de lire aussi American Death Trip - on s'en fait une lecture commune ?

_________________
Mousseline

Magasin général tome 2 : Serge de Loisel et Tripp et L'île des chasseurs d'oiseaux de Peter May


James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Images?q=tbn:ANd9GcSqFD1aClIESDkGXsOqeqeZGVoL4wGrwQXkVIrwWAAIm4TuvdYNJames ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Images?q=tbn:ANd9GcTE2VJ7MYNM7_JAK8U4hVTlUsDshS23LpJy_Gckt7JDKKJYl-Qa

"Happiness is only real when shared." (Christopher McCandless)
Mousseline
Mousseline
Admin

Nombre de messages : 4359
Date d'inscription : 24/10/2008

https://sites.google.com/site/lauteursamericains/home

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Mer 16 Mar 2016 - 14:52

American tabloid de James Ellroy
Rivages poche/ 800 pages


Résumé Amazon (Claude Mesplède) :
Ancien flic, Pete Bondurant est un tueur. Il alimente le journal à potins du producteur Howard Hughes et dirige avec sa maîtresse Gail une officine de flagrants délits d'adultère. Kemper Boyd, du FBI, a été chargé par son patron Hoover d'infiltrer une commission d'enquête sur les rackets syndicalistes, tandis que son collègue Ward J. Littell espionne les réseaux communistes. John Stanton, agent de la CIA, est chargé de former militairement les expulsés cubains pour une opération de représailles.
Mêlant allègrement la fiction à des faits réels, James Ellroy se sert de ses quatre protagonistes pour réécrire l'histoire politique des États-Unis de 1958 à 1963, date de l'assassinat de John F. Kennedy. Il utilise des faits jusqu'alors ignorés ou cachés qui démythifient l'honorable famille Kennedy et notamment son patriarche. Dans cette fresque épique à quatre voix, il adopte sa forme stylistique préférée : phrases courtes, descriptions minimales, nombreux dialogues. Une fois capté dans cet écheveau, le lecteur ne peut s'en défaire et se trouve pris dans un tourbillon qui le laisse assommé.




Je suis enfin parvenue au bout de ce gros morceau, plutôt une bonne découverte même si je vous avouerai que je me suis parfois lassée tant il est dense, foisonnant et complexe. Très vite on a l’ impression que les histoires partent dans tous les sens, drôle d' impression puisque tout y est important de stylo oublié à la bagarre, des règlements entre mafieux aux écoutes du FBI et de la CIA, tout contribuent et amènent vers le dénouement l’ assassinant de Kennedy.
Un excellent exercice de mémoire pour le lecteur, on a vite fait de se retrouver perdu.
Ce qui m’ a gênée le plus dans ce livre c’est de ne pas savoir où s’ arrêtait la réalité, les faits avérés, historique et où commençait l’ imagination de l’ auteur.

4/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 33
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Patience le Mer 10 Mai 2017 - 16:40

UNDERWORLD USA I : American Tabloïd
Rivage noir  780 pages


Ma note : 3,5/5


Pour le résumé, voir le post de Lacazavent juste au-dessus.


Mon avis : Les mots qui me viennent à l'esprit après cette lecture, c'est dense et complexe. On plonge dans une période sombre de l'Histoire des Etats-Unis. J'aurais dû réviser mes cours d'Histoire avant de commencer ce livre, je pense que j'aurais eu plus de facilité à suivre. Personnellement, je n'ai pas toujours réussi à savoir pour quel côté se battait certains personnages et je ne suis pas sûre qu'eux-même le savait vraiment. Si vous voulez réussir à suivre je vous conseille de ne pas louper une seule ligne, un moment d'inattention et on ne comprend plus rien.
Cependant, cette lecture fut très intéressante. Le style est rythmé et maintient en haleine même si on connaît déjà l'évènement final du 22 novembre 1963. L'auteur choisit sa propre explication du meurtre de Kennedy, de quoi alimenter les théories du complot.
Je n'enchaînerai pas avec la suite pour l'instant, j'ai besoin d'une lecture plus reposante, mais je le garde pour plus tard.

_________________
Lecture en cours : La guerre de la faille I : Magicien - L'apprenti de Raymond E. Feist
PAL : 571
Livres lus depuis le début de l'année : 17 (7478 pages)
Patience
Patience

Nombre de messages : 1285
Age : 36
Location : Lorraine
Date d'inscription : 12/01/2011

http://quarte-editions.fr

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  DKOIS le Lun 4 Fév 2019 - 17:41

A CAUSE DE LA NUIT
JAMES ELLROY
Rivage/Noir 333 pages
 
Résumé (4° de couverture)
 
Il est psychiatre, manipule les solitaires et les faibles. C'est la nuit qu'il exerce son pouvoir maléfique. Plus il soutire d'informations à ses malades, plus sa puissance s'accroît. Jusqu'au jour où ce voyageur de la nuit croise le chemin du sergent Lloyd Hopkins
 
Mon avis
 
A peine Dkois eut-il le temps de refermer son livre que l’inspecteur Le Rat et son adjoint De Biblio interpellèrent
 
« Dkois ? Nous sommes en charge d’enquêter sur une sombre affaire de lecteur de roman policier. Nous aurions quelques questions à vous poser. Vous permettez ? »
 
Comprenant qu’il n’avait pas le choix, Dkois fit entrer les 2 inspecteurs.
 
« Je vous écoute Messieurs… »
 
L’inspecteur Le Rat entama l’interrogatoire  de manière cordiale tandis que De Biblio sortit un carnet et un stylo «  Quelles sont vos relations avec ce James Ellroy ? Comment l’avez-vous d’ailleurs connu ? »
 
N’ayant rien à se reprocher, du moins l’estimait-il Dkois répondis sans hésitation :  
 
« Et bien cela remonte à quelques années. Lors d’une émission de radio qui parlait du mystère du DAHLIA NOIR, les animateurs faisaient référence à l’ouvrage que James Ellroy avait rédigé à ce sujet. J’ai voulu en savoir plus sur ce fait divers et j’ai acheté le livre de James Ellroy. J’ai fait d’une pierre deux coups. J’en ai appris un peu plus sur ce Dahlia Noir et j’ai surtout découvert un admirable écrivain !!! … et…»
 
Le Rat interrompit Dkois.
 
«  D’après nos renseignements vos relations ne se sont pas arrêtées là ? »
 
«  Non, de temps en temps, je sors de mes habitudes de lecture pour faire un détours vers un Polar. Je me souviens d’avoir lu L.A CONFIDENTIEL et un peu plus récemment LUNE SANGLANTE. »
 
«  Parlez-moi de ce  A CAUSE DE LA NUIT. Je suis certain que cela intéressera du monde »
 
«  Une nouvelle fois, cette lecture m’a captivé. On est vraiment dans l’ambiance des Polars Américains. C’est violent, noir, oppressant… J’avoue que l’intrigue m’a un peu déboussolé. Plusieurs affaires s’entrecroisent et le rapport entre elles est difficile à établir. Mais l’intérêt de ce roman tient surtout dans le face à face de John Havilland, psychiatre manipulateur qui renvoie ses instincts et pulsions sexuelles et meurtrières vers ses patients et le Sergent Hopkins, flic pragmatique et insoumis. Sorte de duel psychologique. Pas facile à lire, mais mon attention a été récompensée par une belle lecture… »
 
L’inspecteur Le Rat, consultât du regard son collègue comme pour lui demander si cette déposition lui était précise et suffisante. Le fait de remettre son calepin dans sa poche intérieur fut son signe que « oui ».
 
C’est Le Biblio qui prit cette fois-ci la parole :

« Nous vous remercions de cette déposition Dkois. J’espère qu’elle sera utile pour la suite de notre enquête. Je vous demanderez toutefois de rester à disposition de ceux qui voudraient en savoir encore un peu plus à ce sujet »
 
Alors que les 2 inspecteurs se dirigeaient vers la sortie, Le Rat se retourna, inquiétant au passage Dkois qui pensait en avoir fini.
 
«  Ah, j’oubliais… si vous aviez une note à donner ? Quelle serait-elle ? Juste une histoire de stat… vous savez ce que c’est dans l’administration. Ils aiment ça !!! »
 
Dkois, dans un souffle de soulagement :
 
«  Une note ? 3.5 / 5 »

DKOIS

Nombre de messages : 382
Age : 56
Location : Nord France
Date d'inscription : 10/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  cookie610 le Lun 18 Fév 2019 - 20:22

Le Dahlia Noir

Note : 3.75/5
 
Résumé : A Los Angeles, juste après la Seconde Guerre Mondiale, Bucky Bleichert, un ancien boxeur, intègre la police. Il se retrouve à enquêter sur le meurtre particulièrement brutal d’Élisabeth Short, une jeune fille qui voulait devenir actrice, sauvagement abattue et abandonnée dans un terrain vague. Surnommé le Dahlia noir du fait de sa chevelure, son meurtre va faire la une des journaux et devenir l’un des crimes irrésolus les plus célèbres.
 
Critique : Un roman noir dans toute sa splendeur. J’avais ce livre depuis des années dans ma PAL et je n’ai jamais osé m’y mettre. Heureusement qu’il a été désigné par Cyrielle dans le cadre d’un Pioche dans ma PAL, sinon je pense qu’il y serait resté des années. Je m’y suis finalement lancée et je dois avouer que le bilan est un peu mitigé. Déjà, le livre est très long à démarrer. Toute la première partie, qui doit bien représenter 1/5ème du roman, ne sert qu’à présenter les personnages et n’apporte pas grand-chose à l’histoire. C’est trop long, il faut attendre la seconde partie pour qu’on découvre le corps du Dahlia et que l’enquête en elle-même commence. Tout le passage sur la boxe était superflu pour moi. Sinon, j’ai adoré l’ambiance, Los Angeles dans les années 40, les flics, les filles qui viennent de province pour devenir actrice et qui sont prêtes à tout, les politiciens véreux, etc. La vie à cette époque est tellement bien rendue. On s’y croirait. On n’échappe pas au cliché du flic torturé par son passé comme dans tout bon roman policier. Le style est brut, sec et sans fioritures mais ça convient bien à l’histoire. L’enquête en elle-même est intéressante. Il y a un peu trop de personnages secondaires à mon gout, on s’y perdait un peu parfois. C’est un véritable fait divers assez incroyable. Les photos disponibles font froid dans le dos (je déconseille à ceux qui sont sensibles). On ne saura jamais vraiment le véritable mot de la fin, chacun y va de sa théorie, un peu comme pour Jack l’Éventreur. Si Ellroy est arrivé à m’embarquer avec lui dans son histoire, je dois dire que le dénouement m’a laissé un peu perplexe, un peu trop tiré par les cheveux. Il faut savoir que c’est un roman exutoire pour l’auteur, dont la mère a été assassiné quand il avait une dizaine d’années mais dont le meurtre n’a jamais été résolu ce qui a bien entendu profondément marqué Ellroy. Le livre lui est d’ailleurs dédié. C’est un roman complexe, d’une puissance très sombre voire dérangeante, qui marque forcément le lecteur et qui en tout cas ne peut pas laisser le lecteur indifférent. Je suis ravie d’être enfin parvenue à lire ce livre et d’être arrivée jusqu’au bout.
cookie610
cookie610

Nombre de messages : 4894
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Bernard le Ven 1 Mar 2019 - 12:05

merci DKOIS :cheers:Bravo pour cette critique.


Jolie critique cookie.

B
Bernard
Bernard

Nombre de messages : 3685
Age : 74
Location : 94160 Saint-Mandé
Date d'inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

James ELLROY (Etats-Unis) - Page 2 Empty Re: James ELLROY (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum