Simon LIBERATI (France)

Aller en bas

liberati - Simon LIBERATI (France) Empty Simon LIBERATI (France)

Message  Lacazavent le Dim 4 Déc 2011 - 17:31

liberati - Simon LIBERATI (France) Simon-Liberati-12



Simon Liberati est né en 1960 à Paris.
Il a fait des études de grammaire latine à la Sorbonne et un peu de journalisme dans la presse de mode.
Il est l’auteur aux éditions Flammarion de trois romans : Anthologie des apparitions (2004), nada exist (2007) et L’hyper Justine (2009, prix de Flore). Son dernier livre, Jayne Mansfield, 1967, paru chez Grasset a obtenu le Prix Femina 2011.

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 33
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

liberati - Simon LIBERATI (France) Empty Re: Simon LIBERATI (France)

Message  Lacazavent le Dim 4 Déc 2011 - 17:36

Jayne Mansfield, 1967 de Simon Liberatti
Grasset / 208 pages
Prix Femina 2011


liberati - Simon LIBERATI (France) Jm_549236548_north_318x478_123311807_north_320x





« Aux basses heures de la nuit, le 29 juin 1967 sur un tronçon de la route US 90 qui relie la ville de Biloxi à la Nouvelle Orléans, une Buick Electra 225 bleu métallisé, modèle 66, se trouva engagée dans une collision mortelle. »

Dans cette Buick broyée se trouvait une femme, une "Hollywood movie star" de trente-quatre ans, danseuse nue à Las Vegas, célébrissime sex-symbol des années 50.
Simon Liberait ressuscite Jayne Mansfield, l'actrice méconnue la plus photographiée au monde, fouille amoureusement dans les recoins les plus ténébreux de sa vie, retrace ses dernières heures en plein été hippie, qui disent aussi le crépuscule de l'âge d'or hollywoodien. Au programme : perruques-pouf, LSD 26, satanisme, chihuahuas, amants cogneurs, vie désaxée, mort à la James Dean, cinq enfants orphelins et saut de l'ange dans l'underground.
Une oraison funèbre et "morbid chic" dans la droite ligne de Truman Capote et Kenneth Anger.




Et dire que je me faisais une joie de lire ce livre, j'aurais du me méfier des critiques professionnelles si élogieuse un peu plus de 200 pages pour un livre qui se veut évoquer la vie de cette actrice des années 50 et d'après la quatrième de couverture « ressusciter Jayne Mansfield» (pour ressusciter on a déjà fait mieux) ça semble assez bref... Bref et pourtant j'ai trouvé ce livre incroyablement long et ennuyeux au possible.
Sur les 200 pages, le premier quart est entièrement consacré à nous décrire minutieusement l'accident de voiture qui lui coutât la vie, les quelques minutes précédant la collision, l'arrivée des premiers témoins, des premières voitures de secours.
Tenir 50 pages en ne parlant uniquement de l'instant de l'accident, c'est long alors tout y passe, du petit chien survivant couvert de sang errant sur la chaussée, aux enfants de Jayne Mansfield, de leurs blessures des jouets récupérés dans la carcasse de la voiture par les secours qui les leur redonne, espérants ainsi les distraire, en passant par les corps encastrés certaines des images qu' il évoque alors sont d'un goût assez moyens; certaines scènes et descriptions nous sont d'ailleurs resservit plusieurs fois.
J'avais espéré que la suite raviverait mon intérêt, que nenni ! Jayne Mansfield n' y est évoqué que par petite touche, avec une certaine fascination dans l'écriture, les pages restantes étant consacré uniquement à sa consommation de drogue, d'alcool, aux dérives que cela inspire dans le comportement de cette femme.

C'est rare que je m'ennuie à ce point en lisant un livre, heureusement qu' il était assez court autrement je l'aurais abandonné sans aucun regret.

2/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 33
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

liberati - Simon LIBERATI (France) Empty Re: Simon LIBERATI (France)

Message  cookie610 le Dim 4 Déc 2011 - 19:43

Il m'avait fait de l'oeil à la librairie, je trouvais le sujet intéressant mais là je crois que je passerais ma route.
cookie610
cookie610

Nombre de messages : 4894
Age : 28
Location : Lyon
Date d'inscription : 28/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

liberati - Simon LIBERATI (France) Empty Re: Simon LIBERATI (France)

Message  Lacazavent le Dim 4 Déc 2011 - 20:49

Cookie : moi aussi il me faisait de l’œil mais après l'avoir lu je n'ai aucun regret d'avoir attendu qu' il soit disponible à la bibliothèque Exclamation Smile

Ceci dit, je serai contente de savoir ce que d'autre rat en auront pensé, il a quand même l'air de plaire si on en juge par certains avis sur la toile.

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 33
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

liberati - Simon LIBERATI (France) Empty Re: Simon LIBERATI (France)

Message  jul3 le Ven 16 Déc 2011 - 11:28

Lacazavent, merci de me rassurer! je viens de le terminer et j'ai eu le même sentiment que toi: 50 pages pour décrire un accident de voiture dans tous ses détails? Je ne vois pas l'intérêt... Et la suite ne m'a pas plu plus que ça. Je n'ai vraiment pas accroché et au vu des critiques très positives que j'avais lues et entendues, je me demandais si j'étais passée à côté de quelque chose!
jul3
jul3

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 27/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

liberati - Simon LIBERATI (France) Empty Jayne Mansfield 1967

Message  Chiwi le Jeu 22 Mar 2012 - 17:19

29 juin 1967, entre Biloxi et La Nouvelle Orléans, une voiture se retrouve encastrée dans l'arrière d'un semi-remorque. A bord il y avait Jayne Mansfield, star à Hollywood, sur le déclin, ancien sex-symbol des années 50.

Simon Liberati s'intéresse à une "actrice" dont on a tous entendu parler mais que l'on connaît peu. En effet à la même époque il y avait des actrices qui ont mieux réussi (comme Marylin Monroe).



Liberati livre le résultats d'un travail de fouilles. Il exhume tous les éléments de la vie de Mansfield dans les neufs mois qui ont précédés sa mort. Il relate ça avec un style sec, presque officiel. Il n'y a pas de pathos, voici les faits et pensez ce que vous voulez.


Tout tourne autour de l'image publique que Mansfield veut montrer. Ce n'est pas pour rien qu'elle a été considérée comme la star la plus photographiée du monde. A partir du moment où sa notoriété décline tous les moyens sont bons pour revenir sur le devants de la scène : intégrer l'Eglise Satanique d'Anton LaVey, se produire nue et interpréter des chansons dans des bouis-bouis miteux. Tous les moyens étaient bons même si cela pouvait la faire considérer comme immorale.


Bien sûr il n'y avait pas que la notoriété qui était en déclin. Son corps s'avachissait à cause d'une mauvaise vie ou de la consommation abusive de cristaux de LSD. Elle portait (et collectionnait) les perruques pour dissimuler son crâne chauve suite à l'utilisation de l'eau oxygénée.


Elle avait eu de nombreux maris. Son amant au moment de l'accident venait de quitter sa famille et sa femme malade, il s'endettait pour parier, la battait en lui parlant d'amour.

Les circonstances de l'accident, les interrogations suscitées, les suppositions fausses mais qui ont gardé valeur de vérité ont permis à Mansfield d'être sortie de l'underground où elle s'enfonçait et de devenir une icône dramatique grâce à un accident à la James Dean.

4/5
Chiwi
Chiwi

Nombre de messages : 186
Age : 35
Location : Extrême nord de la France
Date d'inscription : 29/08/2010

http://lecturesdechiwi.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

liberati - Simon LIBERATI (France) Empty Re: Simon LIBERATI (France)

Message  lalyre le Sam 22 Aoû 2015 - 13:55

Eva       
 Simon Liberati       
 Editions Stock 19 août 2015     
278 pages         
liberati - Simon LIBERATI (France) 51gaby11
Quatrième de couverture

Un soir de l'hiver 1979, quelque part dans Paris, j'ai croisé une femme de treize ans dont la réputation était alors "terrible".

 Vingt-cinq ans plus tard, elle m'inspira mon premier roman sans que je ne sache plus rien d'elle qu'une photo de paparazzi. Bien plus tard encore, c'est elle qui me retrouva à un détour de ma vie où je m'étais égaré.

 C'est elle la petite fée surgie de l'arrière monde qui m'a sauvé du labyrinthe et redonné une dernière fois l'élan d'aimer.

 Par extraordinaire elle s'appelle Eva, ce livre est son éloge.

Mon avis
Je ne dirai pas beaucoup sur ce livre que je n’ai vraiment pas aimé, sinon qu’on y apprend qu’à l’âge ou les fillettes jouent à la poupée,  Eva Ionesco , la compagne de l’auteur, devient un objet de désir, cela provoqué par sa mère Irina Ionesco, photographe qui n’hésite pas à faire des photos de nu de sa fille.  L’auteur qui est devenu son mari parle d’elle sans fard, bien entendu, il parle aussi de lui qui avant son mariage fréquentait les prostituées mais aussi la drogue. Eva en grandissant a reçu une certaine forme d’éducation, elle devient un monstre chéri et adulé, elle n’a manqué de rien mais sa mère dans ses mémoires avoue qu’elle n’a jamais prononcé le mot « maman » . Cette mère au mépris des lois, lui enseigna  entre autres, le vol à l’étalage, la technique du scandale, la drogue et quelques durs principes de bordel concernant les hommes. Nous sommes dans le monde de la pédophilie qu’à cette époque on appelait pédérastie. Maintenant, quarante ans plus tard, notre monde ou presque considère ces faits comme très choquants. Tant pour l’écriture que pour les faits évoqués, cette biographie restera un livre que je n’ai pas aimé….3/5
lalyre
lalyre

Nombre de messages : 4701
Age : 87
Location : Belgique
Date d'inscription : 01/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

liberati - Simon LIBERATI (France) Empty Re: Simon LIBERATI (France)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum