John IRVING (Etats-Unis)

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Cocotte le Mar 13 Déc 2011 - 15:03

J'ai demandé Dernière nuit à Twisted River pour Noël. J'espère bien le recevoir! Vos critiques sont inspirantes!
Cocotte
Cocotte

Nombre de messages : 870
Age : 38
Location : Québec / Canada
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Fabienne le Lun 2 Jan 2012 - 20:11

L'oeuvre de Dieu, la part du Diable de John IRVING John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 397940

Editions Points - 724 pages

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 41E4Mg7gamL._SL500_AA300_

Résumé :
Ce roman est l'histoire d'Homer WELLS qui naît dans un orphelinat, dans les années 192...
L'orphelinat est dirigé par le docteur Wilbur LARCH, obstétricien, qui s'occupe des naissances des futurs orphelins (l'oeuvre de Dieu) mais également des avortements (la part du Diable).
Malgré plusieurs tentatives d'adoption, Homer WELLS ne peut que se rendre à l'évidence. Son foyer est à l'orphelinat. Des relations père/fils vont finir par se nouer entre Homer et le docteur Larch.
Homer va commencer par devenir l'assistant du docteur avant de partir vivre une autre vie, dans une plantation de pommes où il va rencontrer l'amour.

Ma critique
:
Il est très difficile de résumer ce livre tant il est dense, au niveau de l'histoire mais également au niveau des personnages. Tous les personnages sont détaillés et on peut les suivre tout au long de leur vie.
Ce livre aborde plusieurs thèmes difficile comme l'avortement, la toxicomanie, la prostitution... mais toujours, sans se mettre à juger, toujours d'une façon impartiale.
L'auteur arrive à nous faire naviguer en permanence entre l'émotion et l'hilarité. Certaines situations sont à mourir de rire.
L'arrivée de Candy à l'orphelinat, avec le chef de gare qui venait de mourir, est particulièrement cocasse.
Le personnage d'Homer est un régal et on a du mal à le quitter à la fin du livre.
J'adore également l'écriture de John Irving.
Bref, j'ai tout aimé dans ce livre et je ne peux que vous le conseillez vivement. John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 397940 John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 397940 John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 397940

Ma note : 5/5

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
Fabienne
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 53
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Lacazavent le Mer 4 Jan 2012 - 17:30

Dernière nuit à Twisted River de John Irving
Seuil / 560 pages

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 12342-medium



1954, au nord du New Hampshire, à Twisted River, pays sauvage des bûcherons et des flotteurs de bois, les draveurs, Dominic Baciagalupo, 30 ans, veuf et père de Danny, 11 ans, travaille comme cuisinier avec, pour garde du corps Ketchum, l’ogre anarchiste au grand coeur, l’ami de toute une vie. Suite à la mort malencontreuse de Jane, sa maîtresse, causée par Danny qui l’a prise pour un ours, père et fils fuient le courroux revanchard du shérif Carl, l’« officiel » de la dame. Première étape, Boston, où Dominic cuisine dans un restaurant italien, où Danny rêve de devenir écrivain. De nouveau inquiétés par le shérif, les Baciagalupo se bâtissent une nouvelle vie dans le Vermont : après avoir tâté de la gastronomie chinoise, Dominic se lance à son compte avec succès, et Danny devient un écrivain célèbre. Ultime étape : Toronto. Mais on n’échappe pas à la rage vengeresse du shérif !


Un livre qui m'aura donner du fil à retordre ! Je l'ai commencé, mis de côté, repris, remis de côté, et puis j'ai retroussé mes manches.
J'ai eu énormément de mal à entrer dans ce livre, j'ai trouvé le début extrêmement lent, presque trop long. Pour une course poursuite à travers les États-Unis ce n' était pas très haletant, le ressort de la fuite m'a semblé n'être qu 'un prétexte, je l' ai d'ailleurs trouvé assez peu crédible.
Heureusement que les personnages haut en couleur et terriblement attachant ont relevé le tout. S' il m'a fallu en lire un bon quart avant de me laisser prendre au jeu, j'ai dévoré les pages suivantes prise par le fouillis de situation toute un brin cocasse.
La fin est plus sage, les situations rocambolesque cédant peu à peu la place à une réflexion sur les relations entre la vie et l’œuvre d' un écrivain.

4,5/5

_________________
Lectures en cours :  Indépendance de Richard Ford  ([i]Frank Bascombe T2) $

Dernières lectures : L' Intérêt de l' enfant de Ian McEWAN (4/5), Un week-end dans le Michigan de Richard Ford (4,5/5)(Frank Bascombe T1), [/i]L' Homme du verger d' Amanda COPLIN (4/5), La Pyramide de glace J-F Parot (3,75/5)(T12)
Lacazavent
Lacazavent
Admin

Nombre de messages : 5581
Age : 33
Location : France
Date d'inscription : 25/10/2008

http://quandlappetitvatoutva.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Ladybug le Lun 27 Fév 2012 - 10:33

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 03e80010
L'oeuvre de Dieu, la part du diable
(Editions Seuil, collection le point - 733 pages)

Présentation de l'éditeur
Dans un orphelinat situé au fin fond du Maine, Wilbur Larch, gynécologue excentrique, se livre à une double mission : mettre au monde des enfants non désirés, et futurs orphelins - " l'oeuvre de Dieu " -, interrompre illégalement des grossesses - " la part du Diable ". Mais entre lui et un orphelin réfractaire à quatre tentatives d'adoption, vont peu à peu se développer des sentiments qui ressemblent fort à ceux d'un père et d'un fils.
Voilà un roman savoureux qui fait partie de ces lectures qui vous accompagnent longtemps (je le sens !).

J'ai eu l'immense plaisir de cotoyer des personnages souvent décalés et toujours attachants dont John Irving développe l'histoire personnelle avec une imagination très fertile. C'est foisonnant de détails passionnants et savoureux, car on a souvent le sourire aux lèvres en lisant ce roman, John Irving a un vrai don pour manier l'ironie. Je les ai tous aimés, ils sont irrésistibles, les infirmières, le Docteur Larch, Candy, Wally et la coriace Melony (qui pourtant fout souvent les jetons Laughing) mais j'ai eu un véritable coup de coeur pour Homer dont l'innocence, la gentillesse mais également "la force tranquille" vous font chavirer le coeur. Voilà, je me suis sentie bien avec eux et ne les ai quittés qu'avec regret.

Mais L'oeuvre de Dieu, la part du diable, c'est également l'atmosphère particulière de l'orphelinat et des idées généreuses et humaines qui sont développées. Tout ça réunis en font un roman vraiment puissant. Grand coup de coeur !

Ma note : 5/5 coeur

PS : j'ai adoré le "Dans d'autres parties du monde...." qu'utilise tout le temps le Docteur Larch dans son journal. Elle contient tellement de sens !

_________________
Je lis

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Journa10
Ladybug
Ladybug

Nombre de messages : 1969
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Lun 27 Fév 2012 - 11:19

Ladybug, si tu ne l'as pas lu L'hôtel New Hampshire que je suis en train de lire est tout à fait dans le même genre je crois. On suit une famille bien spéciale sur plusieurs années, d'hôtel en hôtel.

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
Philcabzi
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 43
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Ladybug le Lun 27 Fév 2012 - 13:45

merci, j'ai noté (je lis tes commentaires dans ton "chez moi" car je suis en pleine sélection du prochain John Irving que je vais lire !

_________________
Je lis

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Journa10
Ladybug
Ladybug

Nombre de messages : 1969
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Philcabzi le Lun 5 Mar 2012 - 23:39

L'hôtel New Hampshire
Ed. du Seuil, 1982, c1981, 474 pages
Titre original: The Hotel New Hampshire (traduit de l'américain par Maurice Rambaud)

Ma note: 4/5

Résumé:
Comme tout roman d'Irving, je crois, le résumé de ses romans n'est tâche simple à faire. Ici on pourrait simplement dire que c'est l'histoire de la famille Berry, propriétaire de l'hôtel New Hampshire 1, 2 et 3! Mais on pourrait aussi parler de Earl, l'ours balourd amoureux d'une moto, de Franny qui n'arrive pas à grandir, d'Egg qui n'entendra pas son destin approcher, de Franny la femme forte de la famille qui subira les pires atrocités mais la tête haute, de Frank le plus vieux mais qui prendra bien du temps à prendre sa place, de John, le narrateur, l'haltérophile, etc. Et encore je n'ai même pas encore fait le tour de la famille rapproché!! Au lieu de vous accabler de descriptions sur ce livre... lisez-le tout simplement!

Mon avis:
Je savais déjà que L'Hôtel New Hampshire était un des livre d'Irving les plus abracadabrant... et bien je n'ai pas lu toute sa biographie mais je peux dire que c'est difficile de faire plus que ça! Dans les premiers trois quarts du livre, j'ai été scotché à l'histoire, je me suis attachée aux personnage, j'ai eu de la peine lorsqu'ils disparaissaient, j'ai ri à leurs histoires. Par contre vers la fin, le délire m'a lassé, comme une blague qui dure trop longtemps et qui n'amuse plus que celui qui la fait. Tout de même je sais bien que je vais porter cette famille dans mon coeur bien longtemps et que voir un ours me fera sourire...

_________________
Philcabzi
Ainsi qu'une journée bien remplie donne un doux dormir, ainsi une vie bien employée donne un doux mourir. Leonardo da Vinci

Ma PAL: 64 livres
Lecture du moment: Les âmes perdues de Dutch Island de John Connolly
Philcabzi
Philcabzi
Admin

Nombre de messages : 2995
Age : 43
Location : Québec/Canada
Date d'inscription : 25/10/2008

http://latetedanslechaudron.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  belledenuit le Mar 6 Mar 2012 - 10:47

J'ai "L'oeuvre de Dieu, la part du Diable" dans ma PAL. Il faut absolument que je le sorte...
belledenuit
belledenuit

Nombre de messages : 1067
Age : 43
Location : Sud de la France
Date d'inscription : 05/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  petitepom le Jeu 21 Juin 2012 - 4:19

Une prière pour Owen

C’est la première fois que je finis un livre de john Irving et que j’aime, le personnage d’ Owen est hors du commun, je suis tombée sous son charme comme tout les personnages qui l’entourent.

Ce n’est pas seulement le personnage d’Owen qui m’a intéressé dans ce livre, c’est le regard de l’Amérique dans ces années 50/60 :

-tout d’abord, la façon dont vit la famille de John, malgré les différences de classe, il y a une communication et une entraide, les barrières sociales s’effacent peu à peu et réunit tout le monde avec la modernité ; l’arrivée de la télé en est l’exemple flagrant.

-l’école est aussi le modèle de celle d’aujourd‘hui en Europe, comme l’arrivée des Psychologues pour régler les problèmes ; là encore l’école évolue, efface les différences et apportent d’autres méthodes d’enseignement.

L’amitié entre John et Owen est très fusionnelle, Owen est le moteur qui fait avancer John. Cela est très prenant et fait la richesse de ce livre.

J’ai beaucoup aimé ce récit, sans aucun moment d’impatience comme ce fut le cas à la lecture de « une veuve de papier » et « la quatrième main » ; comme quoi, il ne faut jamais s’arrêter sur une mauvaise impression.
petitepom
petitepom

Nombre de messages : 266
Age : 53
Location : un petit village de Corrèze
Date d'inscription : 03/06/2012

http://petitepom.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Cyrielle le Mer 11 Juil 2012 - 7:55

LE MONDE SELON GARP

Je ne refais pas de résumé, tout est dit plus haut.

Mon avis: 4/5
J'ai apprécié ce livre sur la longueur, au début j'étais assez perplexe, il faut dire que la mère de Garp est assez spéciale... Mais ayant tout de suite adhérée au style d'Irving, j'ai poursuivi ma lecture.
La période à Vienne ne m'a pas trop intéressée mais une fois que Garp et sa mère était de retour aux Etats Unis, mon intérêt n'a pas arrêté de grandir jusqu'à la fin du roman.
J'ai beaucoup aimé lors que les textes de Garp nous étaient retranscrit, ainsi que l'épilogue.
C'est un roman très complet qui aborde énormément de sujet, le féminisme, le changement de sexe, l'écriture, ...
Je vais poursuivre ma découverte de cet auteur.

_________________
Lecture en cous sur liseuse : Les disparus de Trégastel de Jran-Luc Bannalec
Lecture en cours papier : La déesse des petites victoires de Yannick Grannec


25 livres lus en 2019
Challenge US : 28/51
Cyrielle
Cyrielle
Admin

Nombre de messages : 8016
Age : 32
Date d'inscription : 27/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Ladybug le Mer 11 Juil 2012 - 18:04

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Priare10

Une prière pour Owen
(Points - 699 pages)
Lorsque John Wheelwright évoque avec nostalgie le puzzle invraisemblable de sa jeunesse, un personnage en émerge : Owen, son ami dont la frêle enveloppe dissimulait une volonté de fer, une foi absolue ou la conviction profonde qu'il était l'instrument de Dieu.
Cet ange du Bizarre ne s'était-il pas assigné la double tâche de réparer le tort causé à John et de sauver le monde ?
J'ai retrouvé dans ce roman, le goût de John Irving pour les personnages qui appréhendent le monde différemment. Ici, nous faisons la connaissance d'Owen, tout est singulier chez lui, son apparence physique, sa voix, son esprit extraordinairement vif et critique (dès le plus jeune âge), une personnalité écrasante, ses relations avec les autres.

Et toujours cette touche d'excentricité et le sens de la dérision qui rendent les romans de John Irving inoubliables. Les personnages et leur univers sont remarquablement développés, il installe son monde en nous racontant moults anecdotes truculentes ou tragiques, un foisonnement impressionnant !

Un seul bémol pour moi, ce sont les réflexions autour de leurs églises qui m'ont ennuyée.

Ma note : 4/5

_________________
Je lis

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Journa10
Ladybug
Ladybug

Nombre de messages : 1969
Date d'inscription : 22/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Fabienne le Mer 10 Oct 2012 - 21:02

LE MONDE SELON GARP de John IRVING

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 41yJI7EgX3L._SL500_AA300_

Ce roman raconte la vie de S.T. Garp. C'est le fils de Jenny Fields infirmière et féministe qui est convaincue qu'elle n'a pas besoin et ne veut pas de père pour son enfant. Le géniteur est le soldat S.T.Garp qui est soigné dans l'hôpital où travaille Jenny Fields et qu'elle considère comme "foutu". Donc, un père idéal pour elle. Son fils grandira avec sa mère à l'infirmerie du collège de Steering School et elle s'arrangera pour qu'il puisse y faire toutes ses études.
Il aura une passion pour la lutte et décidera assez jeune de devenir écrivain. Il se mariera, aura des enfants. Ce lire retrace sa vie de fils, de mari, de père et d'écrivain.

John Irving a le chic pour nous concocter des personnages hauts en couleur. S.T. Garp, mais également sa mère et les personnages qui gravitent autour d'eux, ont tous de sacrés tempéraments et une vie qui n'est pas courante, c'est le moins qu'on puisse dire.
Je pense que la grande force de l'auteur, c'est le travail qu'il effectue sur ses personnages. On s'attache à eux de telle manière qu'ils nous manquent lorsqu'on referme le livre. Cela a été mon cas avec L'oeuvre de Dieu, la part du diable et également avec celui-ci.
L'histoire en elle-même n'est pas extraordinaire contrairement aux personnages et aux anectodes dont est rempli le livre. J'ai trouvé quelques longueurs à certains moment notamment la période où il retourne à Vienne.
Cependant, c'est un livre passionnant dont on se souvient longtemps. Je lui enlève quelques points pour les longueurs et le différencier de L'Oeuvre de Dieu, la part du diable qui avait été un vrai coup de coeur.

Ma note : 4.75/5

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
Fabienne
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 53
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Lyreek le Dim 17 Fév 2013 - 14:57

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Lemond10

Le monde selon Garp - John Irving
Points - 680 pages

Jenny Fields, une jeune fille de bonne famille devenue infirmière, est une femme libre qui, à une époque où les femmes ne peuvent aspirer qu'au mariage, refuse de partager sa vie avec un homme. Pour autant, elle ne veut pas renoncer à être mère et décide donc d'avoir un enfant seule. Garp naîtra de son union éphémère avec un soldat blessé.

Un grand roman, habité par des personnages hors du commun et riche d'évènements extraordinaires, à la limite du crédible parfois, mais pourtant, on y croit!
Jenny nous entraîne, un peu malgré elle, dans les premiers pas du féminisme.
Garp, lui, nous fait entrevoir les problèmes de l'écrivain face à sa page blanche et au manque d'imagination.
En tout cas, ce qui est sur, c'est que John Irving, lui ,ne manque ni d'inspiration, ni d'imagination et réussit à capter l'attention du lecteur pendant 650 pages.
Plonger dans le monde selon Garp, c'est ouvrir la porte d'un univers à la fois drôle et inquiétant et partir à la rencontre de personnages uniques et haut en couleurs. Je ne me suis pas ennuyée une seconde même si certains thèmes traités m'ont moins intéressés que d'autres, comme par exemple les EllenJamesiennes et la partie consacrée à la politique. Mais tout le reste, l'enfance de Garp au pensionnat, sa vie d'époux et de père, son quotidien d'écrivain, j'ai beaucoup beaucoup aimé.
Merci John Irving!

4.5/5

_________________
Lecture en cours : Incantation d'Alice Hoffman

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
Lyreek
Lyreek

Nombre de messages : 2482
Age : 37
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Fabienne le Mar 13 Aoû 2013 - 11:29

Dernière nuit à Twisted River de John Irving

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 41T55PvH%2BzL._SY445_
Nous sommes dans le New Hamsphire, en 1954, à Twisted River, avec Dominic, cuisinier dans une communauté de bûcheron, et son jeune fils Danny 12 ans. Celui-ci rêve de devenir écrivain.
Il y a également Ketchum, leur meilleur ami et Jane l'indienne, maîtresse de Dominic et nounou de Danny. Après sa mort accidentelle, Dominic et Danny sont obligés de s'enfuir.


Ma critique :
J'ai retrouvé avec plaisir le style de John Irving, des aventures rocambolesques, des personnages typiques et de l'humour tout au long du livre.
Bien sûr, l'auteur reprend ses thèmes de prédilection, un héros écrivain, les femmes, la sexualité, la lutte... mais cela fonctionne.
On suit avec intérêt les aventures de Dominic et Danny d'abord à Twisted River puis à Boston, dans le Vermont, l'Iowa...
On veut savoir comment cela va se terminer et on quitte à la fin ces personnages avec regret.

Ma note : 4/5

_________________
Lecture en cours :  En un monde parfait - Laura Kasischke
Challenge USA : 18/50
Fabienne
Fabienne

Nombre de messages : 1957
Age : 53
Location : Sud ouest de la France
Date d'inscription : 03/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Réaliste-romantique le Lun 28 Oct 2013 - 0:35

In One Person (A moi seul bien des personnages)

2012
 
Le narrateur Billy a soixante-dix ans et il raconte sa vie. Ce résumé laconique d’une platitude extrême est le contraire de ce livre dense et captivant. Pour être plus honnête, ajoutons que Billy a grandit dans les années 50 et 60 à First Sister, une petite bourgade du Vermont, que son père a toujours été absent, que Billy se questionne sur sa sexualité, qu’il veut devenir écrivain et qu’il fréquente et habite un pensionnat de garçon. Le livre est donc en partie un roman initiatique, mais d’un garçon à la sexualité « anormale ». Son entourage comprend heureusement des proches très compréhensifs, dont un grand-père bucheron qui joue toujours, avec finesse, des rôles féminins au théâtre local. Mais le roman ne se limite pas à la jeunesse du personnage, on le suit aussi jeune homme en Autriche en 1963, à New York dans les années 70 et 80, ainsi que de retour à First Sister entre 2007 et 2011. Voilà, ceci commence à refléter l’intérêt de ce roman.
 
Le roman permet à John Irving d’aborder les thèmes de l’orientation sexuelle, de l’épidémie du SIDA et de l’évolution de la société face à ces questions. Un récit de toute une vie permet à l’auteur de s’appuyer sur l’histoire américaine des cinquante dernières années. C’est aussi une bonne leçon pour ceux qui, comme moi, étaient trop jeunes pour comprendre ce qu’était vraiment cette épidémie.
 
Mais ce n’est pas (qu’)un manifeste ou un documentaire : John Irving est un excellent conteur. Le récit est à plusieurs volets, mais ne perd pas le lecteur (je le compare, sur ce point, à Le monde selon Garp). Les personnages sont complexes, à la limite de l’étrange, néanmoins crédibles. Ce livre m’a fait vivre nombre d’émotions, ça en se produit pas souvent (la preuve : je ne note des coup de cœur qu’avec parcimonie). Mais quelques jours après la fin du livre, je suis encore hanté par les personnages.


5/5


le réaliste-romantique
Réaliste-romantique
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 2220
Age : 43
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Awara le Lun 28 Oct 2013 - 22:29

Livre qui semble bien intéressant. Je le note!
Awara
Awara

Nombre de messages : 4618
Age : 74
Location : PARIS
Date d'inscription : 03/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Réaliste-romantique le Dim 17 Nov 2013 - 17:26

L’hôtel New Hampshire

La vie d’une famille légèrement excentrique, qui habitera dans différents hôtels baptisés New Hampshire, mais qui ne se trouvent pas nécessairement dans cet état. La famille de cinq enfants vivra des aventures rocambolesques : avec un ours domestiqué, à Vienne avec des prostituées et des comploteurs, écrasement d’avion, tentative d’attentat…
 
John Irving est un grand écrivait, mais il construit de grande fresque et lorsque les aventures ou les thèmes n’intéresse pas tellement le lecteur, ce dernier trouve parfois le temps un peu long. Les aventures sont parfois incroyables, et j’ai un peu décroché à ces moments. J’ai toutefois découvert plusieurs parallèles avec son dernier roman (À moi seul bien des personnages) : la présence à Vienne au début des années soixante, une fille anxieuse de tomber enceinte au point d’utiliser trois types de contraceptifs lors de ses relations, une relation garçon-fille qui hésite entre l’attraction sexuelle et la fraternité. Ce sont probablement des éléments autobiographiques.
 

3/5

le réaliste-romantique
Réaliste-romantique
Réaliste-romantique

Nombre de messages : 2220
Age : 43
Location : Outaouais, Québec
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Patience le Sam 17 Mai 2014 - 14:34

L'HOTEL NEW HAMPSHIRE
Points 572 pages

Ma note : 3,75/5

Quatrième de couverture : Tour à tour nostalgique et passionnée, la voix de John Berry nous relate l'histoire de ses parents, de ses quatre frères et soeurs, d'un ours et d'un chien, dans trois hôtels et sur deux continents différents.
"La première des illusions de mon père était que les ours peuvent survivre à la vie que mènent les humains, et la seconde, que les humains peuvent survivre à la vie que l'on mène dans les hôtels."
Ce qu'il advint des rêves de Win Berry et comment ils influèrent sur la destinée de ses enfants, tel est le sujet de ce roman grave et hilarant dû, selon Kurt Vonnegut, à "l'humoriste américain le plus important de ces dix dernières années."

Mon avis : C'est avec ce livre que je découvre John Irving. L'histoire est difficile à résumer, les évènements sont étranges et cette famille n'a vraiment rien d'ordinaire. Je l'ai ressenti comme une suite de drames, racontés avec de l'humour noir et sans pathos. Moi qui ai la larme facile, ce ne fut pas le cas, et pourtant, la famille Berry subit beaucoup. 
Le style est vraiment plaisant. Malgré tout, j'ai trouvé qu'il y avait pas mal de longueurs.
Ce roman m'a donné envie de découvrir un peu plus de cet auteur.

_________________
Lecture en cours : La guerre de la faille I : Magicien - L'apprenti de Raymond E. Feist
PAL : 571
Livres lus depuis le début de l'année : 17 (7478 pages)
Patience
Patience

Nombre de messages : 1285
Age : 36
Location : Lorraine
Date d'inscription : 12/01/2011

http://quarte-editions.fr

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Mandarine le Ven 29 Jan 2016 - 9:08

Le monde selon Garp

Ce livre a déjà été résumé et critiqué de nombreuses fois sur le forum, je vais donc simplement vous donner mon appréciation (d'autant plus que la petite critique que je venais d'écrire vient de s'effacer!! Evil or Very Mad faché )

J'ai beaucoup aimé ce livre à la fois drôle et touchant. On se sent proche des personnages, on a l'impression de les connaître. Le livre est long (apparemment c'est toujours le cas avec cet auteur Very Happy ) mais c'est agréable de passer un maximum de temps dans cet univers déjanté.

J'avais déjà lu un livre de John Irving (L'hôtel New Hampshire) que j'avais beaucoup aimé aussi, et je pense que mon prochain sera "L'œuvre de Dieu, la part du Diable". En tout cas, une chose est sûre: je relirai John Irving!!!

4.75/5
Mandarine
Mandarine

Nombre de messages : 2384
Age : 33
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  DKOIS le Dim 31 Jan 2016 - 14:55

Bonjour Mandarine

   N'hésites pas à lire "L'œuvre de Dieu...". C'est pour moi son roman le plus accompli.

Bonne lecture.

DKOIS

Nombre de messages : 383
Age : 56
Location : Nord France
Date d'inscription : 10/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Lyreek le Dim 7 Fév 2016 - 19:39

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Unepri10

Une prière pour Owen - John Irving

Seuil

Résumé

Nous sommes dans les années 60, dans le New Hampshire. Johnny Wheelright, enfant illégitime d’une mère fantasque, nous raconte son amitié avec Owen Meany, un garçon extraordinaire autant par son apparence physique inhabituelle que par son intelligence hors du commun.

Mon avis

Encore une fois, j’ai beaucoup aimé. John Irving a un talent fou pour nous faire entrer dans son univers. Ses personnages sont à la fois loufoques et incroyables et en même temps criant de vérité.

Pourtant là, ce n’était pas gagné d’avance. Je ne suis pas vraiment fan des romans qui parlent de religion et ici, la religion et la foi sont au cœur du roman. Et j’avoue que parfois, les nombreux détails sur les cultes congrégationalistes et épiscopaliens, m’ont un peu lassé. Mais tout ça s’efface vite devant la richesse et l’originalité des personnages.

J’ai adoré suivre l’histoire de Johnny dans l’Amérique des années 60. Il nous raconte avec émotion et nostalgie son amitié avec Owen, un être à part, frêle et affublé d’une voix ridicule mais doté d’une grande intelligence et d’une foi inébranlable. Au fil des pages et au travers des petits et grands évènements du quotidien, Johnny montre comment Owen l’a aidé à construire sa vie d’adulte et comment il l’a amené à croire lui aussi en Dieu.

Comme toujours, le style d’Irving est drôle et incisif. La scène de la crèche grandeur nature, notamment, est à mourir de rire. Sans parler du « kidnapping » de la voiture du professeur, un grand moment!

Au delà de l’histoire d’amitié, c’est aussi l’histoire de l’Amérique des années 60 que John Irving nous invite à découvrir : les années Kennedy, la guerre du Vietnam et les manifestations pour la paix… L’occasion pour lui de faire une critique acerbe de la politique et de la société américaine de cette période.

Bref, c’est un petit bijou, tout à fait dans la lignée de ses autres romans et selon moi, quasiment au même niveau que Le monde selon Garp ou L’œuvre de Dieu, la part du diable, mes deux préférés. Si vous aimez John Irving, si vous avez aimé Garp, n’hésitez pas et venez faire la connaissance Owen et de son destin, vous ne serez pas déçus.


4.5/5

_________________
Lecture en cours : Incantation d'Alice Hoffman

"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois"
Lyreek
Lyreek

Nombre de messages : 2482
Age : 37
Location : Côte d'Azur, France
Date d'inscription : 26/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Une prière pour Owen

Message  nauticus45 le Mer 24 Aoû 2016 - 15:48

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 413zlbaan7L._AC_US174_



  • Poche: 699 pages
  • Editeur : Seuil (2 septembre 1995)
  • Collection : Points
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2020257793
  • ISBN-13: 978-2020257794



Owen est un jeune garçon atypique. Nettement plus petit et chétif que ses camarades du même âge, il fait pourtant preuve d'un vrai charisme et d'une fidélité à toute épreuve envers John, son camarade de classe et narrateur du livre. Grandissant au milieu de parents assez étranges, Owen est profondément croyant mais déteste tout aussi profondément les catholiques. John, lui, a grandi sans connaître son père puisque sa mère seule connaît son identité mais cela ne lui pèse pas plus que cela. Il vit avec elle chez sa grand -mère et change d'église quand sa mère rencontre celui qui deviendra son beau-père. Ces différences cependant ne perturbent pas l'amitié des deux garçons et elle se renforce même encore lorsque Owen tue par accident la mère de John lors d'une partie de base-ball. Suite à un accident aussi perturbant les deux garçons changent, bien sûr, mais ils continuent de se rapprocher,  même si John est de plus en plus perplexe devant les évênements étranges qui se manifestent autour de son ami...


Ce roman a été un véritable coup de coeur. John Irving y reconstitue toute une petite ville des USA dans la deuxième moitié du XXème avec les rapports de bon voisinage, les petites rivalités entre églises, les femmes qui se libèrent peu à peu et les enfants qui font les quatre-cents coups. Le narrateur et Owen sont très attachants et Owen a en plus un côté vraiment fascinant. J'ai refermé le roman avec regrets, tant par la nature de la fin que parce-que je devais quitter cette petite ville si pittoresque.


5/5  coeur coeur coeur
nauticus45
nauticus45

Nombre de messages : 1795
Age : 42
Location : Haut-Rhin, France
Date d'inscription : 27/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  dodie le Mar 2 Oct 2018 - 10:37

Le monde selon Garp

Comment résumer en quelques mots ce roman? 
John Irving offre là un roman dense et foisonnant qui donnerait presque l'impression de partir dans tous les sens si l'auteur n'avait pas un immense talent de conteur.

Garp est le fils unique de Jenny Fields, une infirmière qui a décidé de vivre sans compagnon. Il passe son enfance et sa jeunesse dans le collège où sa mère exerce son métier. Puis il passera deux ans à Vienne avant de revenir aux États-Unis. 
Il aura deux passions : l'écriture et la lutte. Nous suivons ainsi Garp de sa naissance à sa mort dans sa vie de collégien, de mari, de père, d'écrivain.....
Ce roman offre une formidable galerie de personnages tous aussi extraordinaires les uns que les autres. 

Mais hormis l'histoire aux rebondissements multiples et inattendus, ce roman est aussi un véritable plaidoyer pour les femmes et les hommes qui ont décidé de vivre librement leur sexualité "différente".
Comme l'a dit John Irving dernièrement, ce roman qui a cette année 40 ans n'a absolument pas vieilli et ceci malheureusement. Les sujets du féminisme et des tabous sexuels sont toujours d'une cruelle actualité.

John Irving nous fait également part de sa réflexion sur le travail d'écrivain, sur le processus d'écriture. 

Enfin, il joue constamment aux montagnes russes avec ses lecteurs: des situations rocambolesques à l'humour il est vrai parfois grinçant alternent avec des scènes très poignantes. 

Il ne faut pas se décourager à la vue de l'épaisseur de ce roman car une fois entré dans "Le monde de Garp", il est difficile d'en sortir!

Ma note 4,5/5
dodie
dodie

Nombre de messages : 4977
Age : 55
Location : France
Date d'inscription : 11/04/2009

http://dodiecuisine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  géromino le Sam 15 Déc 2018 - 16:47

"Le monde selon Garp" Points 1995   650 pages


            Je vais aller un peu à l'encontre de l'avis généralement enthousiaste su ce livre. Tout d'abord, il est assez difficile de donner une idée précise d'un pareil roman tellement il fuse dans plein de directions. Au départ, il semble s'acheminer vers un livre traitant principalement du féminisme, du droit à la différence sexuelle, et de la tolérance (ce à quoi je dis bravo). Oui, mais pas uniquement. Dans la première moitié, c'est Jenny, la mère de Garp, qui tient la vedette, et là on a LE personnage important. Jenny est atypique, volontaire, originale, plus attachante qu'aucun des autres personnages. Puis on suit l'existence de Garp au quotidien (l'adolescence, le mariage, les liaisons amoureuses, le travail littéraire,...). Ces tableaux de la vie de Garp m'ont paru bien plus fades (à part quelques anecdotes ou rebondissements plus intéressants) que cette première partie. Je n'en voyais pas le bout! A plusieurs reprises, j'ai été tenté d'abandonner, et pourtant, je ne pouvais pas me résoudre à ne pas connaître la fin, c'était plus fort que moi! Il y a donc quelque chose de cet auteur qui fascine, indéniablement. 
            Le fait d'inclure les ouvrages de Garp à l'intérieur du roman donnent une image de l'écrivain/Garp. J'y ai trouvé à chaque fois une respiration dans la globalité du récit, de plus c'est original. D'un autre côté, cela alourdit l'ensemble... Par contre, je donnerai un bon point pour la fluidité de l'écriture d'Irving: cela apporte une lecture facile, rapide; heureusement car cela permet de mieux assimiler les longueurs. Une appréciation en demie teinte donc, plombée par trop de remplissage me paraissant de moindre intérêt.
            Je ne dis pas que je ne me laisserai pas tenter par un autre roman d'Irving...


Note: 3,5/5

_________________
                                                                                                                                                                              

Challenge "Book around the States":  18/50
géromino
géromino

Nombre de messages : 3335
Age : 54
Location : Finistère, FRANCE
Date d'inscription : 07/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Pistoufle le Mar 1 Jan 2019 - 8:39

Le monde selon Garp

Mon avis : j'ai enfin lu ce grand roman de John Irving, moi qui avait tant aimé "L'Oeuvre de Dieu [...]" Là encore, l'écriture de l'auteur et son talent de conteur font mouche. On se laisse embarquer dans les aventures de S.T Garp, supportant les longueurs, les digressions, car on aime ce personnage, on s'y attache, ainsi qu'à tous ceux qui gravitent autour de lui (Jenny, Helen, Ellen...)
Et c'est là toute la force de John Irving selon moi, créer et animer une galerie de personnage tous plus intéressants et attachants les uns que les autres. Pour cela, j'ai particulièrement apprécié l'épilogue car on quitte chacun d'entre eux, avec l'impression d'avoir pris de leurs nouvelles avant de les quitter en refermant le livre (comme de bons amis !)
Malgré tout, ce roman reste pour moi en-dessous de L'Oeuvre de Dieu, la part du Diable. J'avouerais même avoir un préféré l'Hôte New Hampshire, qui traînait peut être moins en longueur...

Ma note : 4/5
Pistoufle
Pistoufle

Nombre de messages : 497
Age : 34
Location : Val-de-Marne - FRANCE
Date d'inscription : 10/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

John IRVING (Etats-Unis) - Page 3 Empty Re: John IRVING (Etats-Unis)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum